Connaissance Construction Fonctionnement Mesures Histoire Futur par les équations de la Relation E=M=G=D=T

Quinternaire Edifice Monde

Association Quinternaire-CQADSG (Centre Quinternaire d'Analyses de Données Scientifiques et Géodésiques) - RNA W271001190 - SIREN 539 476 317

Apprendre et Connaître l’Edifice Monde : sa Construction – son Fonctionnement – ses Mesures – son Histoire – son Futur – le Big Bang – la nouvelle Gravitation – les Systèmes d’Etoiles – les réalisations de Modèles mathématiques des Systèmes fonctionnels, par les équations physiques de la relation E=M=G=D=T.

Apprendre et connaître : l’Atome – la Molécule – la Matière – le Rayonnement – la Radioactivité – l’Etoile – la Planète – l’Espace-Temps, l’Univers – les Volcans – l’Eau – les Rivières – l’Atmosphère – le Climat – le Vivant – la Biosphère – l’Humanité – les Civilisations – la Galaxie – les Marées – les Forêts – les Pluies, par les équations physiques de la relation E=M=G=D=T.

Les contenus des sites web : https://quinternaire.com, https://quinternaire.org ainsi que les contenus des conférences sont intégralement protégés par le Copyright.

INPI annule la Marque Edifice Monde N° National : 22 4 870 095

Marque déposée le 17/05/2022.

Publiée au BOPI le 10/06/2022.

Fait l’objet d’une notification de refus le 29/07/2022.

Au profit de quel organisme, l’institution INPI commet-elle ce qui s’apparente à une très vilaine forfaiture ? 

Compte tenu du lamentable événement INPI, les prix des conférences ont été rétablis. CQADSG a besoin de financer le projet ci-dessous. Créations d'activités, de structures et d'infrastructures.

Académie de la connaissance de l'Edifice Monde

Enseignement dispensé à partir du LMS TUTOR

Publications des ouvrages de la connaissance de l'Edifice Monde

Structure Quinternaire Editions

Infrastructure Temple de la Connaissance de l'Edifice Monde

Espace muséal ouvert à tous les publics

Centre de production d'applications et de logiciels

Vente d'applications et de logiciels sous licences

Créations de technologies spatiales et orbitales

Satellites auto-orbités par antigravité

Centrales à oxygène atmosphérique

Production Electricité + H2O (Eau liquide) + 3He (Hélium 3) + 2H (Deutérium)

Traitements et recyclages résidus nucléaires

Lieu de stockage sans risques et nuisances. Réveils de cours d'eau dans les massifs ophiolitiques

Un BIPM des mesures et dimensions astronomiques. Une conférence annuelle onusienne

Mises à jour annuelles des paramètres physiques et historiques Univers, Soleil, Terre, Biosphère (Vivabilité et Habitabilité) etc.

Je lance un appel à toutes les entreprises technologiques, spatiales, industrielles, éducatives de la sphère Terre à s'associer à ce projet à travers une organisation à créer et à statuer juridiquement et financièrement. J'en appelle aux organismes Google et Microsoft pour en assurer le pilotage.

menu général - principaux sujets de conférences à venir.

Renouveau scientifique - Révolution scientifique = Renouveau de la Physique - Révolution de la Physique

MAX PLANCK A EU CONSCIENCE DE CETTE NECESSITE. IL A INITIE LA REFORME DE LA PHYSIQUE... MAIS !

Lors d’une conférence tenue à Leyde, Max Planck s’était demandé si la physique donnerait un jour une explication globale du Monde. Il affirma que oui. Et sa solution consista en une décision d’unification de la physique. Et plus précisément, en une réduction des branches multiples de la physique d’alors. A savoir : mécanique, optique, acoustique, thermodynamique, électricité et magnétisme. Ainsi, à l’initiative de Max Planck la mécanique absorba l’acoustique puis la thermodynamique, tandis que l’électricité et le magnétisme fusionnèrent en englobant l’optique. Il restait à décider laquelle des deux disciplines mécanique ou électromagnétisme devrait absorber l’autre. Planck choisit la seconde, car à son avis on avait trop exagéré la distinction entre les deux.

Max Planck jugea nécessaire l’idée d’une synthèse des branches de la physique à partir du moment où il estima les sciences du domaine insuffisamment abouties. Insuffisamment élaborées. Car constituées de savoirs hypothétiques. De discours allégoriques. En un mot, de Croyances. Et non de solutions avérées. Autrement dit, de vérités scientifiques.

Le concept "vérité scientifique" pourrait se traduire en réalité à l'aune de ces trois déclarations : - la première de Pythagore 580-495 avant JC "Les choses (objets et phénomènes) sont des nombres." - la seconde de Galilée 1564-1642 "Les lois de la Nature peuvent s'exprimer grâce aux mathématiques" - la troisième de Lord Kelvin (William Thomson) 1824-1907 "Si vous mesurez ce que vous étudiez et l'exprimer en nombre, vous savez quelque chose à son sujet, mais si vous ne savez pas le faire, votre connaissance ne reste qu'approximative, maigre et insuffisante".

Révolution de la Physique : les raisons de l'échec de Max Planck

Trois facteurs majeurs ont conduit Max Planck à l’échec : 1-Le facteur Temps (il était au crépuscule de sa vie), 2-Les embrouilles relativistes de Albert Einstein, 3-Ne pas disposer de Excel. (Des dizaines de milliers de calculs : propagations en parallèle compilées sur des milliers de cellules. etc. etc.)

Révolution de la Physique : les raisons de la réussite de Jean-Claude ALLAMELLE

J’ai réussi le pari de Planck en échappant aux 3 écueils qu’il a subis : 1-J’ai pu consacrer 33 ans de ma vie, 2-J’ai exclu les relativités einsteiniennes dès le départ, 3-J’ai utilisé le fameux tableur Excel de la série Office depuis tout ce temps. Le résultat : la relation E=M=G=D=T. Cette relation qui apporte la démonstration que les objets et phénomènes de la Nature sont des nombres, que les lois de la Nature sont exprimables par les mathématiques à travers les nombres produits.

Bien que s’étant fourvoyé dans le labyrinthe de ses relativités, Albert Einstein partageait l’ambition de Max Planck de parvenir à décrire le monde à partir de la physique. Il ne croyait pas au hasard. C’est la raison pour laquelle il a fustigé le principe d’incertitude de Werner Heisenberg en s’exclamant : « Dieu ne joue pas aux dés ! » Pour Albert Einstein, en effet, les symboles mathématiques de la physique théorique devraient contribuer à reproduire ce monde objectif et, par conséquent, rendre possibles des prédictions concernant son comportement futur… S’il invoquait volontiers « Dieu » c’était pour parler des lois de la Nature. Pour lui, le fonctionnement de la Nature est subtil, difficile à décrypter, mais n’est pas dépourvu de sens. Il ne croyait pas en un Dieu comme Descartes. D’ailleurs, il précisa : « … Je ne crois pas en un Dieu personnel et je n’ai jamais dit le contraire de cela, je l’ai plutôt exprimé clairement. S’il y a quelque chose en moi que l’on puisse appeler « religieux » ce serait alors mon admiration sans bornes pour les structures de l’Univers pour autant que notre science puisse le révéler. »

Pour avoir été le seul et unique physicien à être en capacité d’établir l’architecture paramétrique du Big Bang, que l’on a qualifié d’ère de Planck, il ne fait pas de doute que Max Planck avait identifié les termes de cette relation E=M=G=D=T. Car les 5 termes y figurent.

La Relation E=M=G=D=T de Jean-Claude ALLAMELLE. La Théorie :

Ainsi, à la question de Max Planck d’une explication globale du Monde par la physique, je réponds par l’affirmative avec une solution élaborée avec le logiciel Erudite Life avec son réservoir de données encyclopédiques et son tableur intégré. Cette solution s’énonce comme suit : LA CONSTRUCTION, LE FONCTIONNEMENT, LES MESURES, L’HISTOIRE, LE FUTUR DE L’EDIFICE MONDE SONT REGIS PAR LA RELATION : E = M = G = D = T.

Cette solution repose sur 4 dimensions (A,B,C,D).

A)- Une dimension « constantes ». Les 3 constantes fondamentales suivantes : constante Pi de Archimède (250 ans avant Jésus-Christ),  constante C de OLE Romer (1616), constante K de Ludwig Boltzmann (1883).

(B)- Une dimension table du type Tableau de Mendeleëv qui met en relations des données (E,T,D), des tables de réalisations de gradients thermiques qui mettent en relation des données (M,E,D)

(C)- Une série de sous-constantes dites d’adaptation aux formats des très grands nombres (de type Na par exemple) et de ceux des très petits nombres (valeurs moléculaires).

(D)- Un concept de relations binaires établies à partir des principes de Symétrie, d’Antisymétrie, de Transitivité.

  • Principe de Symétrie : (E = M donc M = E) -(M = G donc G = M) -(G = D donc D = G) -(D = T donc T = D) -(E = T).
  • Principe d’Asymétrie : (Si E = M, alors M = E donc M = G) -(Si M = G, alors G = M donc G = D) -(Si G = D, alors D = G donc D = T
  • Principe de Transitivité : E, M, G donc (Si E = M, M = G, alors E = G) -G, M, D donc (Si M = G, G = D, alors M = D) -D, G, T donc (Si D = G, G = T, alors D = T)

La Relation E=M=G=D=T de Jean-Claude ALLAMELLE. La Physique des Objets et des Phénomènes :

A travers ces relations, c’est l’ensemble des phénomènes de la Nature qui se produisent et qui font de l’Edifice Monde ce qu’il est et ce qu’il devient. C’est l’ensemble des phénomènes observables et observés par leurs effets, observables et observés directement qui sont décryptés, paramétrés, programmés, simulés, mesurés.

Des phénomènes infra atomiques de type E (ionisation) qui induisent des phénomènes infra stellaires de type E (rayonnement), E (rayonnement) induisant à leur tour des phénomènes infra Espace-Temps de Type T (époques, âges) des phénomènes de type M (masse « effet blob »), des phénomènes de type E (radioactivité) qui induisent à leurs tours des phénomènes de type E (Volcanisme et chimiques « géologie ») associés à des phénomènes de type T (Temps « demi-vie »).

Des phénomènes infra Espace-Temps et infra Atmosphères stellaires qui sont induits par M (masse) ce sont des phénomènes dynamiques d’antigravité interstellaire et intermoléculaire et mixte (interstellaire/moléculaire) qui vont générer des phénomènes de type D (distance).

Etc…

La résolution de cette relation E=M=G=D=T s’est opérée grâce à la résolution du concept de Gravitation.
Isaac Newton a eu le grand mérite d’imaginer le phénomène de Gravitation. Seulement, il n’en a pas résolu la problématique. Il a construit sa théorie sur l’observation d’une pomme qui tombe. Et il a élaboré un concept dont les objets stellaires tombent les uns sur les autres. A partir de là, il a théorisé un phénomène qui se caractérise par une force d’attraction.

S’il avait pu bénéficier des observations nombreuses faites au cours des dernières décennies comme la Lune qui s’éloigne de la Terre à raison de 3,8 cm par an ; la Terre qui s’éloigne du Soleil à raison de 15 mètres par siècle (en 2004, les astronomes russes Georgij Krasinsky et Victor A. Brumberg ont mis en évidence, par des mesures radiométriques de la distance entre la Terre et les planètes du Système solaire, une augmentation de la valeur de l’unité astronomique, d’environ 15 mètres par siècle ; les lunes des planètes joviennes qui s’en éloignent toutes. Alors Isaac Newton aurait théorisé un phénomène qui se traduit par une force de répulsion.

Max Planck et Albert Einstein ont tenté de solutionner la problématique de Gravitation, mais ils sont demeurés dans la logique de Isaac Newton d’une force d’attraction. Finalement, c’est James Maxwell qui s’est approché de la solution en évoquant un champ de masse positif. Mais ne souhaitant pas sortir de la logique newtonienne, par peur de la critique peut-être pour crime de lèse-majesté, il décréta : « Les masses de champs positifs s’attirent ! » Autrement dit, bien que du même signe (+), les objets de masse positive comme le proton, les molécules, les planètes, les étoiles s’attirent.

Il y aurait donc exception dans les relations de champs s’agissant de la masse des objets. Serait-ce l’évocation de cette fameuse exception qui confirmerait la règle : la réponse imposée mais expéditive devant une situation d’aporie.  S’il y a exception à une règle, c’est que la règle est mauvaise. Car les lois de la Nature sont intangibles. Invariables ! L’exception n’y est pas miscible. C’est ainsi que l’on peut affirmer : toute observation, même localisée, est généralisable. Universalisable !

L’attraction de masse positive ne s’observe pas. On constate l’impossibilité de réaliser la fusion nucléaire, on ne parvient pas a vaincre la force de répulsion des protons de masse positive, on constate les distanciations progressives entre les objets astronomiques, de même que l’on devrait constater et surtout admettre l’impossibilité du phénomène de gaz faisant effet de serre du fait de la répulsion entre les molécules qui sont apolaires. Autrement dit, de champ positif.

Cela dit, des objets tombent au sens de la pomme de Newton. C’est parce que ces objets sont dépourvus de « champs » où sont de champs négatifs. Qu’est-ce qui fait que les objets de types proton, étoiles, planètes, molécules sont affublés de champ positif ? Réponse à la conférence dédiée.

J’ai apporté solution à la problématique de Gravitation qui est en fait un phénomène d’antigravité. En définissant la constante que j’ai dénommé provisoirement « constante d’horizon Hg ». Etant entendu qu’une découverte de cette nature doit être affublée du patronyme de son auteur. Cette constante met en équivalence les termes E,M,G,D de la relation E=M=G=D=T. Ce sujet sera présenté et démontré lors de la conférence ayant pour titre « La Physique de l’Univers »

Liste des neuf premiers sujets à découvrir lors des prochaines conférences.

Les documents à présenter en conférences ont fait l’objet, au préalable, de protections sous formes de dépôts et de Marques à l’INPI.

DOCUMENTS SCIENTIFIQUES ISNI ORCID – Quinternaire Editions

  • La Physique de l’Univers : Comment se fabrique l’Univers ? Comment il fonctionne ? Comment le mesurer ? Quel est l’instrument de sa dynamique fonctionnelle ? Le Fonctionnement de l’Edifice Monde selon la relation E=M=G=D=T.
  • La Physique du Rayonnement : origine et mesures. Rayonnement de l’Univers. Rayonnement de Gravitation. Rayonnement du Soleil et des Etoiles. Rayonnement de la Terre et des Planètes. Rayonnement Cellulaire ou Biologique.
  • L’Histoire et le futur de l’Edifice Monde selon la relation E=M=G=D=T.
  • La Physique des Atomes : Atome H1 – Atome H2 (origine, fonctionnement, mesures)
  • La physique de la Radioactivité (origine, fonctionnement, mesures).
  • La Physique du Soleil. La Physique des Etoiles (fabrication, fonctionnement, mesures).
  • La Physique de la Terre. La Physique des Planètes (fabrication, fonctionnement, mesures).
  • La Physique interstellaire. La Physique intermoléculaire. Fabrication, fonctionnement, mesures de l’Espace-Temps Universel selon la relation E=M=G=D=T. Fabrication, fonctionnement, mesures de l’Atmosphère Terrestre selon la relation E=M=G=D=T.
  • La Physique de la Géographie de la Terre selon les données géodésiques. Dynamique de continentalisation et de déploiements et mesures des espaces océaniques à l’aide des données géodésiques IGS-ITRF 1992-2014.
  • La Physique galactique. Les Galaxies : objets ou phénomènes ?

Quel est l'enjeu des conférences ?

L’enjeu des conférences c’est de s’évader du monde imaginé, du monde parallèle, que les sciences universitaires persistent à enseigner en dépit des observations et des expérimentations qui l’infirment. Un monde introduit par l’explosion d’un atome et qui évolue sur fond d’événements d’une turbulence exponentielle, débouchant sur une perspective de fin, sur une logique d’apocalypse.

Il en est ainsi de l’ignorance qui conduit toujours à imaginer le désordre et à prédire le pire. Des galaxies qui charrient des étoiles à la vitesse de 630 km/s comme des torrents en crue qui font rouler des blocs de granite de la taille d’un immeuble de la montagne jusqu’à la mer. Des étoiles qui explosent en novæ dans un univers qui sombrera en big Crunch.

L’enjeu des conférences, c’est de découvrir le monde décrypté, le monde réel, à travers les démonstrations effectuées dans le cadre de la relation E=M=G=D=T. Un monde créé à partir d’un semis qui se métamorphose par la dynamique d’un renouvellement récurrent, dans une logique de permanence et une perspective d’éternité.

A l’inverse de l’ignorance, la connaissance constate le fonctionnement, mesure les effets et détermine les perspectives. Les galaxies ne constituent pas la structure de l’Univers. En effet, l’Univers n’est pas cet objet baudruche imaginé par Albert Einstein. L’Univers est un lieu au sein duquel s’est développé un milieu : l’espace-temps. Dans ce milieu, les objets stellaires étoiles et planètes, les phénomènes stellaires nébuleuses et galaxies, se côtoient pacifiquement. A découvrir à la conférence dédiée.

Quel est l'objectif des conférences ?

L’objectif des conférences c’est de publier des enseignements scientifiques inédits. Publier sans le recours aux pairs. Effectivement, sur tous les sujets programmés, il n’y a pas partages de ces savoirs au sein des communautés scientifiques universitaires officielles mondiales. Cela s’est toujours passé ainsi à l’occasion de révélations de cette importance.

reprogrammation des conférences

Pour des raisons de calendrier (vacances du mois d’aout) et de disponibilités matérielles et humaines, les conférences sont reportées et étalées dans le temps.

Les pages de ce site ainsi que le logiciel encyclopédique Erudite Life sont protégés par le Copyright et par les publications ISBN de Quinternaire Editions et par dépôts et marques à l'INPI.

Architecture de l'Univers - Topologie de l'Espace-temps Univers - D'après le modèle digital "Matrice de l'Espace-Temps Univers" du logiciel encyclopédique Erudite Life.

Ce que l’on appelle CMB ou fond diffus cosmologique, consiste en une série de marques imprimées par le rayonnement du Big Bang au fur et à mesure de sa propagation dans le vide absolu. C’est une empreinte indélébile, fossilisée. En fait, un de ces QR codes générés par la Nature dans le déroulement de ses étapes fonctionnelles et qu’il s’agit d’identifier et de traduire, puis de récolter. Le premier d’entre ces codes c’est le CMB qui est imprimé dans le vide universel et dans les corps de chaque étoile et de chaque planète qui y ont émergées et qui y émergeront.  Les différents codes cryptés par la Nature ont été identifiés et décryptés dans Erudite Life. Une œuvre de type Champollion en quelque sorte ! Les codes CMB, dont il s’agit ici, sont répertoriés et catalogués dans la Matrice de l’Espace Temps de Erudite Life, et ce, pour toute la durée de propagation du rayonnement Big Bang qui se poursuit encore et se poursuivra toujours sans limite de Temps. J’ai défini un apogée du Temps qui sera atteint au moment du Tag du code CMB « 0,000 °K ». Une partie de ces codes CMB  a été récoltée par les sondes WMAP de la NASA et Planck de l’ESA. Voir les tableaux ci-dessous. Les explications concernant la conception de la Matrice de l’Espace-Temps, ainsi que le traitement des codes CMB seront présentés lors de la première conférence programmée sur le site https://quinternaire.org. Cette présentation contribuera à démontrer les réalités du fondement de notre Monde. En premier lieu l’existence effective, donc physique, des entités Espace et Temps.

10^-8,9 seconde-lumière. Big Bang. Fiat lux. Une méga Etoile aussi massive qu'une galaxie, une masse de 134 686 861 536 634 Soleils fit irruption dans le vide absolu. C'était, Il y a exactement 16 500 002 021 ans.

A une nano-seconde-lumière, une main puissante lança une sphère de matière incandescente. Comme une volonté affirmée d’ensemencer le vide ! Cette quasi-Etoile Rayonna d’une énergie de centaines de milliers de Te V.  Traduite en °K, c’est la température positive maximum. C’est le point de Curie de ce mélange de deux composés porté à incandescence dont les interactions à des niveaux de température particuliers feront naître des nébuleuses ; des nébuleuses qui feront naître  des étoiles ; des étoiles qui feront naître des planètes ; des planètes qui feront naître des eaux ; des eaux qui feront naître des Vivants de toutes natures. Tous ces éléments en perpétuels renouvellements constituant l’Univers. C’était de la matière incandescente. Car la lumière ne naît pas ex-nihilo. Bohr l’a ainsi exprimé. La lumière est générée par la matière et non l’inverse. Cette matière, qui a jailli, n’est pas non plus venue de nulle part. Ce fut un acte de création. Ce ne fut pas une émanation du hasard. Ainsi que l’a dit un grand philosophe, le hasard n’est pas créateur. Le hasard, c’est le dieu créé par les esprits laïques qui réfutent avec le bon sens de l’ignorance réelle ou feinte, l’idée d’un Créateur. C’était de la matière, car un tel niveau d’énergie ne peut être atteint par des chocs de particules lancées les unes contre les autres à la vitesse de la lumière. Au LHC, les ingénieurs pensent atteindre dans un avenir incertain une énergie de 12 T eV. Ils ne feront qu’approcher, tout juste, les 13,5 T eV atteints par l’hyper Etoile, 2 minutes après le Big Bang-Fiat Lux. Le grand mérite de leurs expériences, c’est d’apporter la preuve que ce mélange de matière dense et hyper agitée s’accroit, se multiplie en permanence. Cela ressemble en tous points au comportement du « blob ». Scientifiquement parlant, je qualifie ce phénomène : « Effet blob ». Tous les accélérateurs du monde ont produit ces résultats. Cela se produit au cœur des étoiles, au cœur des planètes. Ce qui confère à ces astres une durabilité d’éternité. Dans l’enchainement des séquences interactives de ce duo de matière,  il y a les principes et la mécanique du Fonctionnement et la trame de l’Histoire du Monde qui va se déployer. Un déploiement qui doit se produire sans contrainte de durée sur la projection de l’Histoire. Sans contrainte de cycles sur les rouages du fonctionnement. Derrière ces principes et cette trame, il y a sous-jacent une Intention. Il y a donc un Acte de Création. Ce déploiement laisse des traces et des marques. Ces traces sont celles du zonage de l’Espace-Temps, on pourrait aussi parler de cadastrage. Et en langage d’aujourd’hui, on pourrait évoquer le GPS de l’Univers. Ces inscriptions sont aussi imprimées dans le corps des objets comme les étoiles et les planètes. C’est l’une des multiples propriétés de la propagation du rayonnement électromagnétique que cette impression scalaire dans le vide. Selon Maxwell, ce sont des traces qui demeurent quand la source cesse d’émettre du rayonnement. Ainsi, l’Histoire et le Fonctionnement du Monde sont gravées sur les murs impalpables de l’Univers. Dans le marbre du Ciel. L’intégralité de ces traces et marques, passées et futures, ainsi que les multiples colonnes d’informations associées, sont répertoriées dans la matrice de l’Espace-temps de Erudite Life. Et chose toute aussi extraordinaire, les ingénieurs de génie de la NASA et de l’ESA se sont montrés capables de relever ces traces et ces marques, principalement à l’aide de leurs sondes WMAP (NASA) et PLANCK (ESA). Faisons le souhait qu’ils poursuivent cette quête à l’occasion des nouvelles missions : Juice de l’ESA, Lucy de la NASA, ainsi que la mise à contribution du télescope ESO du Chili. Une coopération CQADSG-NASA-ESA devrait alors permettre à l’Humanité de connaître l’Histoire exacte de notre Monde. A la fin, cette triple coopération aura permis de solutionner cette double interrogation qui tenaille notre Humanité. D’où venons-nous ? Où allons-nous ?

L’Univers est fini ET infini. L’Univers est fini, puisqu’il est parfaitement mesurable dans ses dimensions historiques, énergétiques et géométriques. L’Univers est infini, puisque le rayonnement Big Bang continuera de se propager sans limite de temps, s’employant à déployer, empiler et taguer sans relâche les sphères édifiées. Pour mémoire la strate taguée « 0,000 °K » s’édifiera en l’an 532 832 797 025 005 000, c’est-à-dire dans 16 milliards d’années d’ici.

Gradient CMB > 0,000 °K : Température du rayonnement Big Bang sera atteinte en l'an 532 832 797 025 005 000.

Le Temps atteindra un Apogée. Mais ce ne sera pas la Fin des Temps. La propagation du rayonnement BigBang ne sera pas entravée par le Temps. L’éternité est sa destinée. En passant à 0.000 °K, le rayonnement du Plasma de matière Big Bang ne sera pas figé pour autant. Nous aurons toujours une Energie de 4 eV. L’Energie s’essouffle, mais ne se dissout pas. La notion de Température Absolue Négative, ne peut donc être abordée qu’en terme de convention.

Gradient CMB 3,267. 8 908 970 000 ans après Big Bang. Explosion de Mars. La planète la plus vieille et la plus massive du système ophiuchien.

Cette quasi désintégration a eu des conséquences multiples. Les 4 principales étant : N°1, la création de la ceinture d’astéroïdes à l’emplacement de Mars originel. N°2, le bombardement de la planète Mercure  du système solaire par le débris Lune.  N°3, ce choc redirigea la boule de billard Lune vers la Planète Terre pour un impact moins violent. A l’occasion de cette bousculade, la Terre fut débarrassée de la coquille de glace de plusieurs milliers de mètres d’épaisseur qui, à l’image de certaines lunes du système ophiuchien comme Europe, Ganymède, Encelade, Cérès (le plus important débris de Mars), bloquait son évolution. N°4, la percussion et le déraillement de la planète Neptune du système ophiuchien par le débris Triton. Cette explosion de la gigantesque planète Mars, 1 067 898 777 274 270 000 000 000 000 000 kg, 8 908 970 000 ans après Big Bang, est le second tournant de l’Histoire de la Vie. Après celui du surgissement de l’Hyper Plasma Big Bang. Cet événement constitue une entorse flagrante aux principes fonctionnels établis. Derrière cet événement, il y a une Intention manifeste. D’autres tournants de cette nature surviendront. Vous les découvrirez sur Quinternaire Edifice Monde TV. Depuis ce site Quinternaire Edifice Monde.

Le gradient CMB 2,286 est déjà tagué. Nous sommes en l’an 16 500 002 021 après le Big Bang. Aujourd’hui, l’Espace-Temps a une capacité volumique de 8 337 030 861 706 590 000 000 de Soleils. Il continue de s’étendre. D’avoir pu établir l’âge exact du Soleil  9 491 032 021 ans et celui de la Terre 8 491 032 021 ans, c’est le double de ce que prévoient les sciences de la Cosmologie et des SVT. Le Soleil a dépassé l’âge où ces sciences prédisent son explosion en super nova. Ces faits engendrent 3 conséquences. 1) Les théories de la Cosmologie et des SVT sont questionnables en solvabilité. 2) La Terre demeure après la désintégration de Mars, le sanctuaire de la Vie. Cette Vie physique qui existe et persiste à travers les seules interactions Soleil-Terre. 3) Erudite Life détient la Connaissance réelle du Monde. Ainsi, avec Erudite Life, nous allons Découvrir et Connaître le Monde. Découvrir sa Puissance et  sa Générosité. Admirer sa Magnificence et sa Beauté. Et bien au-delà ! Connaître le Monde, afin de panser le Monde, là où il est dégradé par les actions humaines. Connaître le Monde afin d’aimer le Monde, afin de rendre grâce à l’immense espérance dont il nous gave.

Erudite Life : Physiologie de la conception des modèles numériques et digitaux.

Connaissances construction, fonctionnement, mesures, histoire, futur de l'édifice monde, c'est où ? C'est le CQADSG ! C'est quoi ? C'est Erudite Life !

Le laboratoire Quinternaire CQADSG – Centre Quinternaire d’Analyses de Données Scientifiques et Géodésiques est une entreprise de modélisation numérique de la physique du fonctionnement et de l’évolution des systèmes, des objets et des phénomènes de l’Edifice Monde. Cette modélisation repose sur la détermination d’équations, la manipulations de chiffres et d’interprétations de nombres. Ces modélisations se font par combinaisons associant les propriétés dynamiques des phénomènes en œuvre et impliqués dans le processus fonctionnel en question. Les processus du Rayonnement, à travers ses différentes catégories, sont les tropismes universels des fonctionnements des objets du Monde et des phénomènes de la Nature. Il en est de même en ce qui concerne l’objet Gravitation qui n’est pas une force mais l’émission d’un rayonnement de masse qui se traduit par la propagation d’un champ positif dont la portée ou « Horizon Hg » est limitée. Cette portée est directement proportionnelle à la masse de l’objet concerné. Puisque les objets de types étoiles et planètes évoluent par accrétion de masse, les objets de moindre masse qui les environnent, vont s’en éloigner progressivement. Ces types de mouvements sont constatés entre la Terre et la Lune, entre le Soleil et la Terre, entre Jupiter et ses lunes, entre Saturne et ses lunes, etc. Parmi les différentes catégories du Rayonnement, citons : le rayonnement de l’Univers, le rayonnement de gravitation, le rayonnement du Soleil et des étoiles, le rayonnement de la Terre et des planètes, le rayonnement cellulaire ou rayonnement biologique.

Erudite Life contient ainsi l’ensemble des programmes de calculs et des modèles digitaux de fonctionnement des objets du Monde et des Phénomènes de la Nature. Erudite Life a été réalisé sur une période de 33 ans par un autodidacte, en solitaire. Par le créateur et réalisateur de ce site Quinternaire Edifice Monde. 33 ans, c’est aussi le temps que prit le facteur Cheval, autre autodidacte solitaire, pour construire son Palais idéal. 33 ans ? Une curieuse coïncidence !

Laboratoire et logiciel de simulation et de traitement de données d'expérimentations scientifiques, de données géodésiques et spatiales

Laboratoire de traitements des données
Logiciel de simulations et de traitements des données
Destinations enseignements et traitements - Les Etats

Liste des principaux modèles mathématiques et digitaux de Erudite Life

(1) Modèle dynamique Univers Espace-Temps (2) Echelle des Temps Cosmo-Géologiques - Concaténation des Ages astronomiques et des Eres géologiques (3) Modèle de Gravitation Gzéro (4) Modèle de circulation des objets stellaires et moléculaires sur des orbes lagrangiens (5) 2 Modèles de calcul des âges et des durées de vie des objets stellaires : 1 cosmologique et 1 géologique (6) Modèles fonctionnels des objets stellaires (7) Modèles de calculs des âges et des durées de vie des volcans (8) Modèles de calculs des âges et des durées de vie des cours d'eau (9) Modèle de calcul des paramètres physiques, géométriques, dynamiques et interactionnels du Système Terre-Soleil-Lune (10) Modèle physique, dynamique, chimique, thermodynamique et séquentiel du processus de fabrication de l'eau planétaire (11) Modèle physiologique, synthétique, mathématique, physique, chimique, électromagnétique et géométrique de la Lumière (12) Modèle physiologique, synthétique, mathématique, physique, chimique et thermodynamique de la Radioactivité (13) Modèle physiologique, dynamique, interactionnel et temporel du climat - cycle orbital du Soleil 12 112,854 ans : "Réchauffement >>/<< Glaciation" (14) Le métabolisme respiratoire et digestif du vivant – La dynamique d’évolution staturale des espèces > durée de vie d’une espèce > durée de vie des individus d’une espèce. (15) Déchets nucléaires : ce qualificatif est impropre. Les stocks résiduels sont parfaitement recyclables. Recyclage passif. Recyclage productif en plasma. Concept de nouvelles centrales en utilisant toute l'étendue des propriétés de la radioactivité. (16) Séismologie : jaillissements de failles par phénomènes de convection forcée du fait de l'expansion volumétrique de la Terre ou d'une planète. Les failles demeurent actives du jaillissement à la stérilisation. Le modèle séismologique prévoit l'évolution de la vie d'une faille. Il dispose d'un répertoire des failles avec leur potentiel de nuisances et d'un répertoire des sites géographiques à potentiels tsunamiques. (17) Faire jaillir des sources de cours d'eau ? Erudite Life dispose d'un répertoire des sites géologiques où il serait possible de tester une mise en œuvre de phases granitiques de production d'eau. Les moyens technologiques existent. Alors ?

Le second moteur de l'élaboration de la Connaissance du Monde : les données d'Observations, les données Scientifiques, les données d'Expérimentations, les données de Mesures, les données Géodésiques.

Une théorie aussi, aussi géniale soit-elle, ne peut être crédible et viable que si elle peut être confrontée à des données de traitements objectives et absolues. Ces données existent. Et bien entendu, les inventeurs de ces technologies qui ont permis de fabriquer ou de récolter ces données sont aussi méritants, aussi génieux que les plus brillants des théoriciens. Ils méritent tout autant d’êtres promus aux plus grands prix de prestige scientifiques.

Jean-Claude ALLAMELLE - Théoricien Chercheur Modélisateur, Autodidacte. Créateur de Erudite Life. Président de Quinternaire CQADSG.

Je suis absolument convaincu de devoir partager avec chacun de mes Compatriotes Terriens la Connaissance de l'Edifice Monde. Sa Fabrication, son Fonctionnement. ses Mesures, Son Histoire, son Futur : du Fiat Lux-Big Bang à l'Apogée du Temps.

Le projet Quinternaire CQADSG, présenté sur les sites quinternaire.com  et quinternaire.org est dédié à cette injonction de partage. Partage avec les générations présentes. Avec les générations rescapées du covid-19. Avec les générations des futurs proches et lointains. Et même très lointains ! Pour ce faire, il y a nécessité d’un lieu dédié. Un lieu mythique. Un sanctuaire inexpugnable !

Bienvenue à tous les peuples de Terre. Agissons afin de faire émerger la New Living Attitude : la NLA.

Afghanistan, Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Allemagne, Andorre, Angola, Anguilla, Antarctique, Antigua-et-Barbuda, Antilles-néerlandaises, Arabie saoudite, Argentine, Arménie, Artsakh(Haut-Karabakh), Aruba, Australie, Autriche, Azerbaïdjan, Bahamas, Bahreïn, Bangladesh, Barbade, Bélarus(Biélorussie), Belgique, Belize, Bénin, Bermudes, Bhoutan, Bolivie, Bosnie-et-Herzégovine, Botswana, Brésil, Brunei, Bulgarie, Burkina-Faso, Burundi, Caïmans, Cambodge, Cameroun, Canada, Canaries, Cap-Vert, Chagos, Chili, Chine, Chypre, Colombie, Comores, Congo, Cook, Corée du Nord, Corée du Sud, Costa Rica, Côte d’Ivoire, Croatie, Cuba, Curaçao, Danemark, Djibouti, Dominique, Égypte, Émirats arabes unis, Équateur, Érythrée, Espagne, Estonie, Eswatini(Swaziland), États-Unis, Éthiopie, Féroé, Fidji, Finlande, France, Gabon, Gambie, Géorgie, Géorgie du Sud, Îles Sandwich du Sud, Gibraltar, Grèce, Grenade, Groenland, Guadeloupe, Guam, Guatemala, Guinée, Guinée Equatoriale, Guinée-Bissau, Guyana, Guyane, Haïti, Honduras, Hong Kong, Hongrie, Îles Anglo-Normandes-Jersey et Guernesey, Îles Vierges, des États-Unis, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Irlande, Islande, Israël, Italie, Jamaïque, Japon, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Kirghizistan, Kiribati, Kosovo, Koweït, Kurdistan, Laos, Lesotho, Lettonie, Liban, Libéria, Libye, Lituanie, Luxembourg, Macao, Macédoine du Nord, Madagascar, Madère, Malaisie, Malawi, Maldives, Mali, Malouines, Malte, Man, Mariannes, Maroc, Marshall, Martinique, Maurice, Mauritanie, Mayotte, Mexique, Micronésie, Moldavie, Monaco, Mongolie, Monténégro, Montserrat, Mozambique, Myanmar(Birmanie), Namibie, Nauru, Népal, Nicaragua, Niger, Nigéria, Nioué, Norfolk, Norvège, Nouvelle-Calédonie, Nouvelle-Zélande, Oman, Ossétie du Sud Alanie, Ouganda, Ouzbékistan, Pakistan, Palaos, Palestine, Panama, Papouasie, Nouvelle Guinée, Paraguay, Pays-Bas, Pays Bascaribéens, Pérou, Philippines, Pitcairn, Pologne, Polynésie française, Porto Rico, Portugal, Pount, Qatar, République centrafricaine, République démocratique du Congo, République dominicaine, Réunion, Roumanie, Royaume-Uni, Russie, Rwanda, Sahara occidental, Saint-Barthélemy, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Hélène, Ascension et Tristan da Cunha, Saint-Marin, Saint-Martin (France), Saint-Martin (Pays-Bas), Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Salomon, Salvador, Samoa, SamoaAméricaines, SaoTomé-et-Principe, Sénégal, Serbie, Seychelles, Sierra Leone, Singapour, Slovaquie, Slovénie, Somalie, Somaliland, Soudan, Soudan du Sud, Sri Lanka, Suède, Suisse, Suriname, Syrie, Tadjikistan, Taïwan, Tanzanie, Tchad, Tchéquie, Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), Timor oriental, Togo, Tokelau, Tonga, Transnistrie, Trinité-et-Tobago, Tunisie, Turkménistan, Turques-et-Caïques, Turquie, Tuva, Ukraine, Uruguay, Vanuatuu, Vatican, Venezuela, ViêtNam, Wallis-et-Futuna, Yémen, Zambie, Zimbabwé.

Plaidoyer pour une Nouvelle Attitude de Vie NLA. "La New Living Attitude", au sein de Quinternaire Edifice Monde. Pensons Monde. Réagissons en êtres du Verbe fait Chair, en Terriens, en Biosphériens, en Communiants. Pas en Communicants ! Pas en Communautés ! Pas en Conquérants !

Connaître le Monde, c’est maîtriser les savoirs du « Tout ». Les savoirs des Fonctionnements et des Histoires des Entités du Monde. Connaître le Monde, c’est avoir solutionné cette énigme proposée par les érudits grecs. Quelle est l’origine des choses ? Successivement, ils ont postulé : la Nuée, l’Eau, le Chaos, l’Air, le Feu, et enfin les Nombres. Les choses sont des nombres ! Décret de Pythagore. Si cela est vrai, alors la Connaissance est Nombre. Le Savoir est Formules. La démonstration est Calculs ! Lord Kelvin le dit ainsi : « Si vous mesurez ce que vous étudiez et l’exprimez en nombres, vous savez quelque chose à son sujet ; mais si vous ne savez pas le faire, votre connaissance ne reste qu’approximative, maigre et insuffisante. Erudite Life Certifie : Tout ce qui existe (Espace-Temps, Etoiles, Planètes, Eau, Atmosphère, Vivants), découle de ce mortier miracle : l’Hyper Plasma Big Bang. Et ce, tant en Fonctionnement, qu’en Histoire. Erudite Life a décrypté cela par des algorithmes et des équations et explique Fonctionnement et Histoire du Monde à partir des nombres obtenus. C’est un déchiffrement des « Cosmoglyphes-CMB » de l’Univers et des signaux « observables » : dans les méandres du Cosmos, à la surface de la Terre et des autres planètes répertoriées, dans la scrutation des objets de la Nature.  De transmettre cette Connaissance du Monde, c’est offrir aux Terriennes et aux Terriens,  la capacité d’écrire collectivement, la Partition de la Symphonie de la Vie, à chanter à l’unisson et à jouer en chœur. Cette partition établira les droits de l’Univers et de la Nature, en discriminant les pratiques qui altèrent l’épanouissement de la Vie, en général, et des Etres Vivants, en particulier. Sans Complaisances ! Sans Distinctions ! Sans Exceptions ! En finir avec les comportements de terreur induits par la peur, par la haine, par l’égoïsme. Faire cette ultime révolution qui consiste à en finir avec les empêchements d’exister pleinement, avec les privations d’exister sereinement. Celle de construire et de partager une nouvelle façon de magnifier l’Existence et de célébrer la Vie. La Vie ne peut pas être magnifiée par la propagation de blessures d’espérances. Elle ne peut pas être magnifiée par la multiplication de lieux et de moments de malheurs. Alors nous parviendrions au Graal d’une « Nouvelle Attitude de Vie ». La « New living Attitude ». Alors nous parviendrions au Graal de la Concorde des Nations. Condition expresse de l’émergence de la fraternité des Peuples. Il n’existe pas de sous-nations. Il n’existe pas de sous-peuples. Cela s’organisera et se structurera au sein du Mémorial Quinternaire de la Vie de CQADSG.

APRES DES DECENNIES DE RECHERCHES, LA NASA N'A PAS ENCORE PU ELUCIDER LE FONCTIONNNEMENT ET L'HISTOIRE DE L'UNIVERS. ELLE N'EST PAS PRÊTE D'Y PARVENIR !

Quantité d'ingénieurs, quantité de spécialistes, travaillent, mettent au point des technologies innombrables et coûteuses. Sans résultats ! C'est que Technologie n'est pas Science. Et puis ce n'est pas en cherchant des chimères comme la matière noire, l'énergie noire, les trous noirs, ou encore les ondes gravitationnelles, que cette communauté nombreuse et travailleuse élucidera les questions qu'elle se propose de résoudre. A savoir comment l'Univers Fonctionne, et comment il évolue, c'est-à-dire son Histoire.

La connaissance  fondamentale ne se crée pas en groupe. La vérité scientifique ne jaillit jamais des séances de brainstorming des réunions locales ou des colloques internationaux. De ces assemblées pléthoriques dont les membres sont des esprits brillamment  formatés par les mêmes études de prestige et auréolés des mêmes grands diplômes et titres universitaires fameux. Le problème est que diplômes et titres ne subliment pas la raison. Et donc ne prédisposent pas à théoriser.

DANS TOUTES LES UNIVERSITES DU MONDE, CE QUI PRECEDE EST ENSEIGNE.

Ce programme éducatif conduit à la stérilisation de la conscience scientifique, cet esprit curiosité débridé qui transcende l'imagination. C'est comme cela que l'on forme des générations de chercheurs dont l'acte de chercher consiste à se poser des questions saugrenues et donc qui débouchent sur des réponses farfelues. Des chercheurs formés à ne pas trouver et qui forcément ne trouvent rien, leur vie durant.

Ainsi, en ce qui concerne les objets matriciels de l'entité Monde, à savoir l'Univers, les Etoiles, les Systèmes d'Etoiles, les Planètes, l'Eau, le Vivant, la Gravité, la Circulation orbitale, les questions fonctionnelles et historiques sont toujours ouvertes. Effectivement, les enseignements diplômants officiels demeurent muets ou proposent des hypothèses innombrables, indémontrables. Incalculables, donc invérifiables.

Fusion nucléaire : les multiples tentatives de réaliser de la fusion nucléaire se sont révélées infructueuses. Ce processus voué à l'échec permanent est une démonstration expérimentale qui prouve que l'énergie fonctionnelle du Soleil n'est pas d'origine thermonucléaire et qui démontre, par ailleurs, la surpuissance de la force de répulsion des éléments de charges de même signe.

Rappel des hypothèses absurdes qui constituent le socle des sciences enseignées par les organismes qui ont mission d'enseigner le Fonctionnement et l'Histoire du Monde.

Citons. Le boson de Higgs, une sorte de marmelade de mercure qui envelopperait les objets stellaires et leur attribuerait leurs masses : un fait inobservé, puisqu’inobservable, car inexistant. En fait, la masse d’un objet stellaire lui est conférée par son contenu en énergie : E=M. La formule exacte sera présentée à l’occasion de la conférence dédiée. En tout cas, les formules E=1/2MV², transformée en E=MC² par Einstein, sont hors sujet. La vitesse, V ou C, n’est pas une composante de l’énergie E… C (vitesse de la Lumière) est une composante de celle-ci et plus précisément du rayonnement électromagnétique. La matière M produit du rayonnement et non l’inverse. Bohr avait esquissé cette relation, mais ses intuitions n’ont pas résisté à la confrontation avec Einstein. Une fois de plus, la Notoriété aura étouffé la Vérité… Energie et Masse sont deux grandeurs équivalentes. L’énergie a une masse et donc un poids : c’est l’effet Compton. C’est ainsi, qu’à partir de leurs températures internes, j’ai pu établir, à l’aide d’une formule très simple, la masse du Soleil à 1 991 801 791 021 130 000 000 000 000 000 kg, la masse de la Terre à 6 133 839 337 035 620 000 000 000 kg, la masse de l’étoile Zeta Ophiuchi à 33 323 031 199 688 709 000 000 000 000 000 kg. Et bien entendu, la masse du plasma injecté au Big Bang. Les noyaux des planètes qui seraient constitués de fer liquide produisant « l’effet dynamo », alors que le point de curie du fer, 768°C, le prive de ses propriétés physiques, notamment d’aimant, au-dessus de cette température. Le principe du gaz à effet de serre (contrainte imaginaire de molécules insaisissables, incontrôlables). La vidéo « Changement climatique : réalité ou fiction », présente sur ce site, l’explique. La cinétique physico-chimique de la photosynthèse. Les trous de la couche d’ozone résultants de la force de Coriolis et non de prétendus CFC. Les trous noirs, l’énergie sombre, conséquence du modèle purement esthétique de la gravitation einsteinienne. Le fonctionnement des étoiles par un processus imaginaire de fusion nucléaire. La tectonique des plaques qui défit le principe d’Archimède, les différences de densité entre croûte et manteau, la viscosité extrême de ce dernier : autant de contraintes qui rendent impossible la dynamique des mouvements tectoniques. L’accélération de l’expansion de l’Univers, une autre illusion de l’esthétique gravitationnelle relativiste. L’origine de l’eau par apports de comètes essorées. Les planètes qui font la ronde autour des étoiles. Le Soleil n’est pas au centre du Monde visible. Les étoiles qui valsent autour des noyaux de galaxies. Les planètes qui se forment à partir de débris de matériaux cométaires. La gravité en terme de force de contrainte, à l’image de lassos de cowboys. Les espèces qui découlent les unes des autres, en bluffant les barrières génétiques et les différences de process métaboliques. L’atmosphère qui serait fixée au sol par la gravité. La gravité qui produirait des effets de marées qui conduiraient les objets à s’éloigner les uns des autres, comme la Terre de la Lune, le Soleil de la Terre, les grosses planètes de leurs lunes. Les couleurs du ciel issues des spectres de la lumière blanche. Autant de notions en marge des lois fondamentales  de la physique et de la chimie. Sans oublier ce caillou tombé sur une plage et qui serait la cause de l’éradication des dinosaures (des bestiaux de X tonnes), des lagunes, des forêts, des océans, des airs ; et ce, à des milliers de km à la ronde.

quand va-t-on cesser d'abreuver les esprits humains de telles inepties ?

De transformer ces conjectures en enseignement doctoral, relève d’un lavage de cerveau qui entrave l’autonomie de penser et de juger des préposés aux hautes études. Cette autonomie de penser et de juger qui stimule la capacité à réfléchir et qui est source de l’imagination et tropisme de la créativité. 

C’est quasiment de la castration intellectuelle ou du bridage de cerveau. 

Au niveau sociétal, cette pratique conduisit à altérer les facultés de discernement des populations terriennes. En quelques décennies, ces enseignements approximatifs ou fallacieux engendrèrent un appauvrissement des acquis d’érudition qui ont fait basculer nos sociétés humaines du siècle des lumières aux temps de  l’indigence intellectuelle et du complotisme culturel. On ne sait plus réfléchir, on ne sait plus comprendre, on ne sait plus expliquer, on ne sait plus s’expliquer. Alors on déraisonne et on cogne ! Alors, on casse et on détruit !