Quinternaire édifice monde

Connaissance Construction Fonctionnement Mesures Histoire Futur par les équations de la Relation M=E=G=D=T

Association Quinternaire-CQADSG (Centre Quinternaire d'Analyses de Données Scientifiques et Géodésiques) - RNA W271001190 - SIREN 539 476 317

Académie Quinternaire de la Connaissance est l’entité de certification, de conservation et de diffusion des savoirs édifiés et, où vérifiés et authentifiés selon les modalités de la relation M=E=G=D=T de la Nouvelle Physique.

La destruction de la Terre par explosions en chaine de bombes atomiques, est-ce possible ?

Une telle prophétie serait réalisable si de telles actions pouvaient contribuer à éteindre l'activité volcanique. C'est-à-dire à enrayer le moteur du monde terrien en détruisant tous les volcans en activité. Même en faisant exploser, simultanément, toutes les bombes atomiques des arsenaux des pays détenteurs de l'arme nucléaire, on ne parviendrait pas à un tel résultat. Il en résulterait, instantanément, des destructions locales d'agglomérations et des exterminations massives de populations humaines.
Mais aucune conséquence sur la Nature.

Un événement de destruction d'une planète s'est produite dans l'histoire, ce fut l'explosion de la planète Mars. De cet événement, il ne subsistent que la ceinture d'astéroïdes et deux supers astéroïdes : la planète Mars actuelle et la Lune. Une seule entité est capable de produire un tel événement : l'auteur du Big Bang.

il a fallu 2269 ans de réflexion "dirigée" pour parvenir à décrypter les rouages de la mécanique de l'ouvrage de l'inventeur du monde.

  • La révolution de la physique est acquise par les équations de la relation M=E=G=D=T. 
  • Ces équations sont déterminées par 5 constantes :
  • 1- Constante Pi de Archimède – 250 ans avant Jésus-Christ
  • 2- Constante C de Olé Romer – 1616
  • 3- Constante G de Henry Cavendish – 1797
  • 4- Constante K de Ludwig Boltzmann – 1883
  • 5- Constante Hg de Jean-Claude Allamelle – 2019

Ces équations permettent d’établir les paramètres physiques, dimensionnels, dynamiques, historiques de l’Univers, des étoiles, des planètes, de la Nature et ses composantes.

Les lois de la Physique s'expriment à travers les modalités de la relation M=E=G=D=T. Elles déterminent les processus fonctionnels des objets allant de l'Univers à la Nature, de l'Atome à l'Etoile. Elles déterminent les processus historiques allant du Big Bang aux confins de l'Eternité.

A l'origine, il y a la Masse M du Big Bang. L'existence de l'Edifice Monde découle de M à travers la relation d'équivalence entre les grandeurs physiques M,E,G,D,T. M produit E,G,D,T directement et indirectement.

Menu général - sujets développés en enseignements et conférences

PLATEFORME QUINTERNAIRE EDIFICE MONDE

ENSEIGNEMENTS : Spatiodésie ("Géodésie" de l'Espace Univers Espace-Temps) ; Orbitologie > (objets stellaires, satellites, sondes, stations), calculs d'orbites non-attractives ; Navigation interstellaire avec détecteurs de champs - TECHNOLOGIES : Logiciels de mesures astronomiques (paramètres physiques, dynamiques, historiques des objets stellaires Etoiles et Planètes) - INDUSTRIES : Energies, Chimie - COMMERCES : Formations, Distribution ventes logiciels, licences, brevets - CULTURES : Livres, Vidéos, Films, Musiques.

Connaitre le Monde ... POUR ... Kiffer le Monde

Kiffer le Monde pour nous Kiffer les uns les autres

La Connaissance du Monde relève de l'I-NAT : l'Intelligence de la NATure. L'I-NAT se révèle à travers les équations physiques de la relation M=E=G=D=T mises en œuvre dans le logiciel Erudite Life de Quinternaire CQADSG. L'Enseignement Connaissance du Monde sera proposé depuis le Campus digital de la plateforme Quinternaire Edifice Monde à partir de cette année 2023.

L'approche de la Connaissance du Monde de Quinternaire CQADSG est celle de l'Edifice Monde vu et décrit depuis l'intérieur. Cela se traduit pour l'Univers, par le gradient thermique de l'Espace-Temps, par l'archéologie spatiale, par la "spatiodésie". Cela se traduit pour les étoiles, dont le Soleil, pour les planètes, dont la Terre, pour les vivants, dont l'être humain, par le gradient thermique interne et par le rayonnement induit.

Afin de mieux appréhender la Connaissance, il est nécessaire de la publier et de l'enseigner dans une langue qui ne soit pas celle de la Science (l'Anglais). La langue d'expression de la Connaissance sera donc le Français.

Gaz à effet de serre

Si les scientifiques thésards avaient étudié et compris, la physique des « transferts thermiques par rayonnement », ils auraient intégré les notions de milieu transparent au rayonnement thermique comme le vide, l’air… , les autres notions associées telles la transmissivité, l’absorption… ils n’auraient pas commis l’hypothèse impossible du gaz à effet de serre.

D’où provient le CO2 ? Ce gaz dont les sciences affirment qu’il fait effet de serre.

Cette question est enseignée dans en classe de 5ième en France. La réponse est également disponible sur Wikipédia aux rubriques respiration animale et respiration végétale.

Ainsi, 99 % du CO² (12 C) présent dans l’atmosphère provient du métabolisme respiratoire des êtres vivants. Vivants Végétal et Animal des milieux atmosphérique et aquatique. C’est-à-dire : inspiration de l’oxygène de l’air et expiration du CO² de l’organisme. Cela veut dire que pour une molécule d’oxygène ingérée, chaque vivant rejette une molécule de gaz carbonique. Ingestions et  rejets se chiffrent en moles/jour et par individu. S’agissant du méthane : il n’y a pas que les vaches qui pètent et qui rotent du méthane. Il en va de tous les êtres vivants animaux, de l’insecte au mammifère ; et ce, à travers le processus du métabolisme digestif. La palme du rejet de méthane revenant à l’être humain, l’espèce mammifère la plus nombreuse et la mieux gavée de la biosphère. 

Alors pourquoi les éminences du GIEC proposent-il d’écoper l’atmosphère ? Demain, en toute logique, ils proposeront d’écoper les océans pour empêcher la montée des eaux ?

L’élimination du gaz à effet de serre dont le méthane en serait une composante « sulfureuse » enjoint les populations terriennes à devenir végétariens et même véganes.

Faire des humains des végétariens et des véganes pour limiter les élevages, afin d’amoindrir les pets et les rots de vaches, est signe que la folie écologiste se sublime.

Le sang, qui est le liquide nourricier des humains, contient une substance fondamentale, un pigment rouge appelé hémoglobine qui transporte l’oxygène aux cellules afin d’oxyder ou de brûler les déchets. Le principe actif de ce pigment est assuré par un atome de fer logé au sein de sa molécule. Donc le corps humain, pour son fonctionnement, nécessite un apport continu en atomes de fer. Cet apport de fer est issu d’une alimentation carnée, c’est-à-dire de la consommation de viande.

Chez les plantes, le principe actif de la sève qui est l’équivalent du sang, c’est la molécule de chlorophylle qui est armée d’un atome de magnésium.

Transformer les humains en végétariens ou en véganes revient à les priver du fer, et à y substituer du magnésium, autrement dit à les empoisonner à petit feu. Cette pratique revient à celle qui a consisté à nourrir les herbivores avec de la farine animale, ce qui a conduit en quelques générations à la maladie de la vache folle, la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Maladie qui a été jugulée par l’extermination complète des élevages bovins en Grande Bretagne.

Tectonique des plaques. Subduction.

Si les scientifiques thésards avaient étudié et compris la physique des « transferts thermiques par convection », ils auraient assimilé l’infaisabilité de ce phénomène et rejeté l’hypothèse improbable de la tectonique des plaques.

Expansion de la Terre

Si les scientifiques thésards avaient étudié et compris cet article de Wuhan University,

« The expanding Earth at present: evidence from temporal gravity field and space-geodetic data

Wen-Bin Shen1,2,*, Rong Sun1, Wei Chen1, Zhenguo Zhang1, Jin Li1, Jiancheng Han1, Hao Ding1

1 Wuhan University, School of Geodesy and Geomatics, Key Laboratory of the Geospace Environment and Geodesy, Wuhan, China 2 Wuhan University, State Key Laboratory for Information Engineering in Surveying, Mapping and Remote Sensing, Wuhan, China

Article history

Received January 13, 2011; accepted June 10, 2011.

Subject classification:

Station coordinates and vertical velocities, Temporal gravity variation, Principal inertia moments, Earth expansion », 

ils auraient abandonné la notion de subduction et par extension la tectonique des plaques et bien entendu l’idée de non expansion de la Terre. Ce qui aurait contribué à décider de faire évoluer le SIG, le système d’information géographique et de concevoir un nouveau logiciel de projection cartographique dynamique.

Expansion de la Terre confirmée par la Géodésie

Ératosthène, élève de Euclide, l’inventeur de la Géométrie, fut nommé directeur de l’institution Bibliothèque d’Alexandrie, par Ptolémée III. Il y créa la Géodésie. Il y a 22 siècles, il réalisa la première mesure précise du rayon équatorial (a) de la Terre (dimension exacte du rayon de la Terre à cette époque) sur la base de 2 points géodésiques (Alexandrie et Syène). Il mit plusieurs années pour y parvenir.

En 2004, une équipe du CEA, le CLEA, réalisa la même procédure que Ératosthène. Au bout d’une année, cette équipe aboutit à un résultat différent mais exact lui aussi (correspondant au stade d’évolution de la Terre à cette époque). Pour avoir utilisé le même process de mesure, ces deux expériences démontrent que la Terre évolue par augmentation de sa taille. 

Aujourd’hui, avec les données géodésiques ITRF, Quinternaire CQADSG obtient une mesure précise au mètre en 10 minutes (le temps nécessaire pour entrer les données de positionnement relatives à 6 stations géodésiques).

Résultats des différentes mesures :

Ératosthène, il y a 22 siècles : 6 247 km

CLEA en 2004 : 6 449 km

CQADSG :

ITRF2008 : 6 428,889 km

ITRF2014 : 6 453,887 km

Il y a nécessité et urgence à rendre « dynamiques » les systèmes de projection cartographique en usage et d'y faire apparaître le continent Antarctique.

GoogleMap (Google), Blue.Marble (NASA), OpenStreetMap (OpenStreetMap), GSI Map (GSI), Blank map.

La bibliothèque de données du système de référence Erudite Life de Quinternaire CQADSG est à même de fournir aux promoteurs de ces systèmes de projection les données paramétriques nécessaires (des mises à jour annuelles).

Le continent Antarctique dispose des stations géodésiques nécessaires : Belgrano – DEMB ; Casey – CAS1 ; Crozet – CROB, CRPB ; Davis DAV1 ; Dumon d’Urville – DUMG, DUM1 ; Kerguelen – KERG, KESB, KETB, KERA, KERB, KRGG ; Marion Island – MARA, MARB ; Mawson – MAW1 ; McMurdo – ARHT, COTE, MCM4, MCMU ; O’Higgins – OHI2, OHI3, OHIG ;  Palmer Station – PALM ; Rothera Station – ROTA, ROTB, ROTH, ROUB ; Salisbury – ADEA, ADEB, ADFB, ADGB ; Scott Base – STCB ; Syowa – SYOB, SYOG, SYPB ; Veleskarvet – VESL.

Gravitation

Si les scientifiques thésards avaient étudié et compris les travaux, publiés en 2004, des astronomes russes Georgij Krasinsky et Victor A. Brumberg qui ont mis en évidence, par des mesures radiométriques de la distance entre la Terre et les planètes du Système solaire, une augmentation de la valeur de l’unité astronomique, d’environ 15 mètres par siècle, ils auraient remis en cause les théories de la Gravitation enseignées.

Fonctionnement du Soleil et des étoiles. Fonctionnement de la Terre et des planètes.

Les résultats expérimentaux de Kamland du Japon associés aux publications des données de la Sonde ISO de l’ESA par l’ESA permettent de se faire une idée objective du processus fonctionnel du Soleil et des étoiles, de la Terre et des planètes.

Fonctionnement du Vivant. Métabolisme humain. Photosynthèse.

L’implication du rayonnement du Soleil dans les processus du métabolisme de l’être humain, et de la photosynthèse du végétal n’est pas démontrée. Effectivement, la puissance du rayonnement solaire au sol terrestre est de 1,414 °k. Or la température d’ionisation d’un atome de carbone est de 2,060 °K, celle de l’atome d’oxygène est de 2,161 °K.

S’agissant de l’homme, par ailleurs, le spectre d’absorption du sang oscille autour de 39 °K. Ce qui veut dire que le processus fonctionnel de l’homme est d’origine interne. Et par extension, cela s’applique à l’ensemble des espèces animales.

S’agissant des végétaux, le spectre d’absorption de la sève est du même niveau que celui du sang. Cela veut dire que le processus fonctionnel du végétal est d’origine interne. Ce qui exclue le processus dit de photosynthèse.

En conclusion, le processus fonctionnel du Vivant est un processus autonome. Et pour tout dire, ce processus fonctionnel du Vivant est similaire à ceux du Soleil et de la Terre.

création d'un démonstrateur du fonctionnement de l'édifice monde

Ce démonstrateur aura pour objet de suivre en direct ou par simulation le fonctionnement de l’Edifice Monde et plus précisément de ses différents compartiments. Pour ce qu’il s’agit de l’Univers et de l’Atmosphère terrestre, il s’agira de programmer les modèles de Quinternaire CQADSG. Pour ce qu’il s’agit du fonctionnement interne du Soleil et des étoiles, de la Terre et des planètes, il s’agira de programmer les modèles de Quinternaire CQADSG afférents ; etc. Ces modèles permettent d’explorer le Passé et de visionner le Futur des objets stellaires et des objets géologiques (de déterminer leurs âges avec la précision de l’année). Pour ce qu’il s’agit des continents terrestres, il s’agira d’importer les modèles existants ci-dessous. Bien sûr avec l’autorisation et la participation des organismes dépositaires.

En matière d’infrastructure physique il serait appréciable, et même indispensable, de disposer du clone du Musée Astronomique de Shangaï.

Il s’agit d’accroître l’acuité des compréhensions fonctionnelles et historiques des « organes » de l’Edifice Monde.

S'agissant du musée astronomique de Shangaï : Si le contenant est flamboyant, le contenu ne l'est pas. En effet, il n'apporte rien à la Connaissance du Monde. Ni fonctionnelle. Ni historique.

Deux réserves, cependant. Premièrement, du point de vue de la connaissance, ces modèles ne sont pas exploitables. Les données physiques et géodésiques utilisées sont des données figées (données "conservées"). De ce fait, les projections géographiques réalisées sont fausses : dispositions des continents et distances entre points géodésiques intercontinentaux erronées (écarts moyens de 1°), ce qui est grave, car les compagnies aériennes qui utilisent ces mesures pour définir au plus juste leur quantum de carburant, risquent de terminer leurs vols en planeurs. Quinternaire CQADSG est en mesure de fournir aux auteurs de ces modèles les données régulièrement actualisées. Deuxièmement, l'absence de traitement du continent Antarctique. S'il ne figure pas pour raison géopolitique, sa présence est indispensable du point de vue de la connaissance.

La plateforme digitale Quinternaire Edifice Monde constitue la première pierre de ce nouvel ensemble architectural.

cqadsg - l'institution de la mécanique de l'édifice monde

CQADSG a vocation à être l’organisme international chargé d’assurer la vigie du monde. D’expliquer le fonctionnement du Monde. De mettre à jour annuellement les mesures du monde. De donner les causes précises des phénomènes, et de proposer des solutions idoines. Exemples : l’érosion des côtes (effondrement des marges continentales), la salinisation des nappes phréatiques (percolation / infiltrations suite à effondrement des marges continentales). Il n’y a pas de « montée des eaux » : l’eau ne se dilate pas sous l’effet de la chaleur (loi de la physique). L’assèchement des fleuves par épuisement des sources (les fleuves ont une durée de vie limitée) ; proposer des solutions pour « nourrir en eau » les cours d’eau qui s’achèchent.

Il y a une façon d’amener de l’eau dans les zones désertiques sans recourir aux usines de dessalement.

 Les sargasses : échouages se produisent à cause des modifications du flux des courants marins, modifications engendrées par les déplacements des continents ; l’exploitation des données géodésiques permet de constater et mesurer ces déplacements avec la précision du millimètre. Les perspectives d’habitabilité et de vivabilité de la biosphère : évolution d’altitude des nappes de gaz de l’atmosphère. Les évolutions de stature et de durée de vie des populations humaines. D’expliquer la mécanique du climat, de proposer des adaptations idoines. De changer le système production d’électricité sans déchets. De pratiquer un traitement efficient des résidus de radioactivité sans risques environnementaux. ETC…

Nécessité de créer au sein de site physique de la plateforme de Quinternaire CQADSG une instance d'acquisitions et de traitements des données recueillies par les satellites d'observation.

Les données provenant du satellite Nasa/CNES SWOT destinée à suivre les eaux terrestres : les données nécessaires seraient des données de mesure de débit et de lits des fleuves sur le long terme.

Données géodésiques en continue. 

Données des émissions des volcans (laves, cendres, gaz, présence de calderas), etc. Pour bien faire il serait nécessaire d’installer sur les volcans des stations géodésiques et transmettre en continu les mesures physiques de ces éléments.

Ce sont les jalons de la très longue vie d’un volcan.

Plus généralement les mesures ou observations provenant des satellites d’observations en service.

Un BIPM des mesures et dimensions astronomiques. 

Mises à jour annuelles des paramètres physiques et historiques Univers, Soleil, Terre, Biosphère (Vivabilité et Habitabilité) etc.

Le Télescope James Web participe-t-il à une possible révolution de l'astronomie ?

La réponse à cette question serait positive si et seulement si cet instrument mirobolant était en capacité de fournir des relevés de mesures de CMB des objets focalisés, et qui sont les seuls éléments scientifiquement probants. Ce qui n’est pas le cas des images.

Le Télescope James Web participe-t-il à une possible révolution des SVT ? (Sciences de la Terre et du Vivant)

La réponse à cette question serait positive si et seulement si cet instrument mirobolant était en capacité de fournir des précisions sur la nature chimique des éléments gazeux repérés sur les planètes recensées. Exemple : Gaz carbonique. S’agit-il de 14C ou bien de 12C ? Ces identifiants sont des repères d’étapes de l’évolution d’une Planète. 14C relève du Volcanisme. 12C relève de la Biologie. Entre ces deux étapes, l’intervalle de temps se mesure en millions d’années.

Avec son logiciel Erudite Life, Quinternaire CQADSG est en mesure de traiter avec pertinence les données d'Astronomie et de SVT.

Liste des principaux modèles mathématiques et digitaux de Erudite Life

(1) Modèle dynamique Univers Espace-Temps (2) Echelle des Temps Cosmo-Géologiques - Concaténation des Ages astronomiques et des Eres géologiques (3) Modèle de Gravitation Gzéro (4) Modèle de circulation des objets stellaires et moléculaires sur des orbes lagrangiens (5) 2 Modèles de calcul des âges et des durées de vie des objets stellaires : 1 cosmologique et 1 géologique (6) Modèles fonctionnels des objets stellaires (7) Modèles de calculs des âges et des durées de vie des volcans (8) Modèles de calculs des âges et des durées de vie des cours d'eau (9) Modèle de calcul des paramètres physiques, géométriques, dynamiques et interactionnels du Système Terre-Soleil-Lune (10) Modèle physique, dynamique, chimique, thermodynamique et séquentiel du processus de fabrication de l'eau planétaire (11) Modèle physiologique, synthétique, mathématique, physique, chimique, électromagnétique et géométrique de la Lumière (12) Modèle physiologique, synthétique, mathématique, physique, chimique et thermodynamique de la Radioactivité (13) Modèle physiologique, dynamique, interactionnel et temporel du climat - cycle orbital du Soleil 12 112,854 ans : "Réchauffement >>/<< Glaciation" (14) Le métabolisme respiratoire et digestif du vivant – La dynamique d’évolution staturale des espèces > durée de vie d’une espèce > durée de vie des individus d’une espèce. (15) Déchets nucléaires : ce qualificatif est impropre. Les stocks résiduels sont parfaitement recyclables. Recyclage passif. Recyclage productif en plasma. Concept de nouvelles centrales en utilisant toute l'étendue des propriétés de la radioactivité. (16) Séismologie : jaillissements de failles par phénomènes de convection forcée du fait de l'expansion volumétrique de la Terre ou d'une planète. Les failles demeurent actives du jaillissement à la stérilisation. Le modèle séismologique prévoit l'évolution de la vie d'une faille. Il dispose d'un répertoire des failles avec leur potentiel de nuisances et d'un répertoire des sites géographiques à potentiels tsunamiques. (17) Faire jaillir des sources de cours d'eau ? Erudite Life dispose d'un répertoire des sites géologiques où il serait possible de tester une mise en œuvre de phases granitiques de production d'eau. Les moyens technologiques existent. Alors ?

Fusion nucléaire dans un Tokamak

Ce qui s’y produit c’est l’ionisation d’un atome d’Hydrogène percuté et qui libère l’énergie de liaison de ce dernier. Selon la relation E=M ce quantum d’énergie libéré est de : 93 861 890 072 910 800 000 000 000 000 eV = 17 503 396,2157866 °K. Cette expérimentation ne traduit pas de qui se passe au cœur des étoiles et des planètes.

Energie du fonctionnement des Etoiles et des Planètes

L’énergie de ces astres est d’origine thermochimique. Cette production d’énergie est continue et quasi perpétuelle.

L'art de créer en confinement les conditions de déclencher l'énergie d'un ouragan, de déclencher les réactions chimiques et transformations qui s'opèrent au sein de cet élément de la Nature.

Centrales à oxygène atmosphérique

Centrales thermo-moléculaires. Thermochimique. Technologie différente des centrales thermonucléaires.

Production Electricité + H2O (Eau liquide) + 3He (Hélium 3) + 2H (Deutérium) + H (Hydrogène)

Energie initiale : 1 441 gigawatt. Refroidissement par essoufflement d’énergie. Système adaptable aux centrales actuelles et qui ne nécessitent pas d’utilisation d’eau.

Les installations de types Tokamak ou bien les centrales nucléaires arrêtées peuvent servir de lieux d'expérimentation des centrales à oxygène. Dans un premier temps, il sera utilisé de l'oxygène liquide.

Le concept "vérité scientifique" pourrait se traduire en réalité à l'aune de ces trois déclarations : - la première de Pythagore 580-495 avant JC "Les choses (objets et phénomènes) sont des nombres." - la seconde de Galilée 1564-1642 "Les lois de la Nature peuvent s'exprimer grâce aux mathématiques" - la troisième de Lord Kelvin (William Thomson) 1824-1907 "Si vous mesurez ce que vous étudiez et l'exprimer en nombre, vous savez quelque chose à son sujet, mais si vous ne savez pas le faire, votre connaissance ne reste qu'approximative, maigre et insuffisante".

Lors d’une conférence tenue à Leyde, Max Planck s’était demandé si la physique donnerait un jour une explication globale du Monde. Il affirma que oui. Et sa solution consista en une décision d’unification de la physique. Et plus précisément, en une réduction des branches multiples de la physique d’alors. A savoir : mécanique, optique, acoustique, thermodynamique, électricité et magnétisme. Ainsi, à l’initiative de Max Planck la mécanique absorba l’acoustique puis la thermodynamique, tandis que l’électricité et le magnétisme fusionnèrent en englobant l’optique. Il restait à décider laquelle des deux disciplines mécanique ou électromagnétisme devrait absorber l’autre. Planck choisit la seconde, car à son avis on avait trop exagéré la distinction entre les deux.

Max Planck jugea nécessaire l’idée d’une synthèse des branches de la physique à partir du moment où il estima les sciences du domaine insuffisamment abouties. Insuffisamment élaborées. Car constituées de savoirs hypothétiques. De discours allégoriques. En un mot, de Croyances. Et non de solutions avérées. Autrement dit, de vérités scientifiques.

Pour avoir été le seul et unique physicien à être en capacité d’établir l’architecture paramétrique du Big Bang, que l’on a qualifié d’ère de Planck, il ne fait pas de doute que Max Planck avait identifié les termes de cette relation M=E=G=D=T. Car les 5 termes y figurent.

La Relation E=M=G=D=T de Jean-Claude ALLAMELLE. La Théorie :

Ainsi, à la question de Max Planck d’une explication globale du Monde par la physique, je réponds par l’affirmative avec une solution élaborée avec le logiciel Erudite Life avec son réservoir de données encyclopédiques et son tableur intégré. Cette solution s’énonce comme suit : LA CONSTRUCTION, LE FONCTIONNEMENT, LES MESURES, L’HISTOIRE, LE FUTUR DE L’EDIFICE MONDE SONT REGIS PAR LA RELATION : M = E = G = D = T.

Cette solution repose sur 4 dimensions (A,B,C,D).

A)- Une dimension « constantes ». Les 3 constantes fondamentales suivantes : constante Pi de Archimède (250 ans avant Jésus-Christ),  constante C de OLE Romer (1616), constante K de Ludwig Boltzmann (1883).

(B)- Une dimension table du type Tableau de Mendeleëv qui met en relations des données (E,T,D), des tables de réalisations de gradients thermiques qui mettent en relation des données (M,E,D)

(C)- Une série de sous-constantes dites d’adaptation aux formats des très grands nombres (de type Na par exemple) et de ceux des très petits nombres (valeurs moléculaires).

(D)- Un concept de relations binaires établies à partir des principes de Symétrie, d’Antisymétrie, de Transitivité.

  • Principe de Symétrie : (E = M donc M = E) -(M = G donc G = M) -(G = D donc D = G) -(D = T donc T = D) -(E = T).
  • Principe d’Asymétrie : (Si E = M, alors M = E donc M = G) -(Si M = G, alors G = M donc G = D) -(Si G = D, alors D = G donc D = T
  • Principe de Transitivité : E, M, G donc (Si E = M, M = G, alors E = G) -G, M, D donc (Si M = G, G = D, alors M = D) -D, G, T donc (Si D = G, G = T, alors D = T)

La Relation M = E = G= D = T de Jean-Claude ALLAMELLE. La Physique des Objets et des Phénomènes :

A travers ces relations, c’est l’ensemble des phénomènes de la Nature qui se produisent et qui font de l’Edifice Monde ce qu’il est et ce qu’il devient. C’est l’ensemble des phénomènes observables et observés par leurs effets, observables et observés directement qui sont décryptés, paramétrés, programmés, simulés, mesurés.

Des phénomènes infra atomiques de type E (ionisation) qui induisent des phénomènes infra stellaires de type E (rayonnement), E (rayonnement) induisant à leur tour des phénomènes infra Espace-Temps de Type T (époques, âges) des phénomènes de type M (masse « effet blob »), des phénomènes de type E (radioactivité) qui induisent à leurs tours des phénomènes de type E (Volcanisme et chimiques « géologie ») associés à des phénomènes de type T (Temps « demi-vie »).

Des phénomènes infra Espace-Temps et infra Atmosphères stellaires qui sont induits par M (masse) ce sont des phénomènes dynamiques d’antigravité interstellaire et intermoléculaire et mixte (interstellaire/moléculaire) qui vont générer des phénomènes de type D (distance).

Etc…

La résolution de cette relation M=E=G=D=T s’est opérée grâce à la résolution du concept de Gravitation.
Isaac Newton a eu le grand mérite d’imaginer le phénomène de Gravitation. Seulement, il n’en a pas résolu la problématique. Il a construit sa théorie sur l’observation d’une pomme qui tombe. Et il a élaboré un concept dont les objets stellaires tombent les uns sur les autres. A partir de là, il a théorisé un phénomène qui se caractérise par une force d’attraction.

S’il avait pu bénéficier des observations nombreuses faites au cours des dernières décennies comme la Lune qui s’éloigne de la Terre à raison de 3,8 cm par an ; la Terre qui s’éloigne du Soleil à raison de 15 mètres par siècle (en 2004, les astronomes russes Georgij Krasinsky et Victor A. Brumberg ont mis en évidence, par des mesures radiométriques de la distance entre la Terre et les planètes du Système solaire, une augmentation de la valeur de l’unité astronomique, d’environ 15 mètres par siècle ; les lunes des planètes joviennes qui s’en éloignent toutes . Alors Isaac Newton aurait théorisé un phénomène qui se traduit par une force de répulsion.

Max Planck et Albert Einstein ont tenté de solutionner la problématique de Gravitation, mais ils sont demeurés dans la logique de Isaac Newton d’une force d’attraction. Finalement, c’est James Maxwell qui s’est approché de la solution en évoquant un champ de masse positif. Mais ne souhaitant pas sortir de la logique newtonienne, par peur de la critique peut-être pour crime de lèse-majesté, il aligna son équation de champ sur celle de Newton, en décrétant « Les masses de champs positifs s’attirent ! » Autrement dit, bien que du même signe (+), les objets de masse positive (proton, molécules, planètes, étoiles) s’attirent.

Il y aurait donc exception s’agissant de la masse des objets. « La fameuse exception qui confirmerait la règle. » Il faut savoir que les lois de la Nature n’admettent pas d’exceptions. Toute observation est généralisable.

L’attraction de masse positive ne s’observe pas. On constate l’impossibilité de réaliser la fusion nucléaire, on ne parvient pas a vaincre la force de répulsion des protons de masse positive, on constate les distanciations progressives entre les objets astronomiques, de même que l’on devrait constater et surtout admettre l’impossibilité du phénomène de gaz produisant effet de serre du fait de la répulsion entre les molécules qui sont apolaires.

Cela dit, des objets tombent au sens de la pomme de Newton. C’est parce que ces objets sont dépourvus de « champs » où sont de champs négatifs. Qu’est-ce qui fait que les objets de types proton, étoiles, planètes, molécules sont affublés de champ positif ? Réponse à la conférence dédiée.

J’ai apporté solution à la problématique de Gravitation qui est en fait un phénomène d’antigravité. En définissant la constante que j’ai dénommé provisoirement « constante d’horizon Hg ». Etant entendu qu’une découverte de cette nature doit être affublée du patronyme de son auteur. Cette constante met en équivalence les termes E,M,G,D de la relation E=M=G=D=T. Ce sujet sera présenté et démontré lors de la conférence ayant pour titre « La Physique de l’Univers ».

Liste des neuf premiers sujets à découvrir lors des prochaines conférences.

  • La Physique de l’Univers : Comment se fabrique l’Univers ? Comment il fonctionne ? Comment le mesurer ? Quel est l’instrument de sa dynamique fonctionnelle ? Le Fonctionnement de l’Edifice Monde selon la relation M=E=G=D=T.
  • La Physique du Rayonnement : origine et mesures. Rayonnement de l’Univers. Rayonnement de Gravitation. Rayonnement du Soleil et des Etoiles. Rayonnement de la Terre et des Planètes. Rayonnement Cellulaire ou Biologique.
  • L’Histoire et le futur de l’Edifice Monde selon la relation M=E=G=D=T.
  • La Physique des Atomes : Atome H1 – Atome H2 (origine, fonctionnement, mesures)
  • La physique de la Radioactivité (origine, fonctionnement, mesures).
  • La Physique du Soleil. La Physique des Etoiles (fabrication, fonctionnement, mesures).
  • La Physique de la Terre. La Physique des Planètes (fabrication, fonctionnement, mesures).
  • La Physique interstellaire. La Physique intermoléculaire. Fabrication, fonctionnement, mesures de l’Espace-Temps Universel selon la relation M=E=G=D=T. Fabrication, fonctionnement, mesures de l’Atmosphère Terrestre selon la relation M=E=G=D=T.
  • La Physique de la Géographie de la Terre selon les données géodésiques. Dynamique de continentalisation et de déploiements et mesures des espaces océaniques à l’aide des données géodésiques IGS-ITRF 1992-2014.
  • La Physique galactique. Les Galaxies : objets ou phénomènes ?

Quel est le but des conférences ?

Le but des conférences est d’enseigner la modélisation des processus fonctionnels à l’œuvre au sein des objets et des phénomènes de l’Edifice Monde. Ces modèles sont réalisés. Il s’agit de les expliquer et surtout d’expliciter les conséquences en termes de développements logiciels, de développements technologiques, de développements industriels qui seront sources de développements économiques records.

Théoricien modélisateur, c’est désormais la fonction qui se substituera à celle de chercheur dont les praticiens dits spécialistes, n’obtiennent pas de résultats en termes de créations de savoirs efficients.
De ce fait je crée une école de physique des processus en ligne pour proposer ces enseignements. Mais cela pourrait aussi bien être associé à la création de chaires au sein d’établissements universitaires institués.

Les pages de ce site ainsi que le logiciel encyclopédique Erudite Life sont protégés par le Copyright et par les publications ISBN de Quinternaire Editions.

Architecture de l'Univers - Topologie de l'Espace-temps Univers - D'après le modèle digital "Matrice de l'Espace-Temps Univers" du logiciel encyclopédique Erudite Life.

Ce que l’on appelle CMB ou fond diffus cosmologique, consiste en une série de marques imprimées par le rayonnement du Big Bang au fur et à mesure de sa propagation dans le vide absolu. C’est une empreinte indélébile, fossilisée. En fait, un de ces QR codes générés par la Nature dans le déroulement de ses étapes fonctionnelles et qu’il s’agit d’identifier et de traduire, puis de récolter. Le premier d’entre ces codes c’est le CMB qui est imprimé dans le vide universel et dans les corps de chaque étoile et de chaque planète qui y ont émergées et qui y émergeront.  Les différents codes cryptés par la Nature ont été identifiés et décryptés dans Erudite Life. Une œuvre de type Champollion en quelque sorte ! Les codes CMB, dont il s’agit ici, sont répertoriés et catalogués dans la Matrice de l’Espace Temps de Erudite Life, et ce, pour toute la durée de propagation du rayonnement Big Bang qui se poursuit encore et se poursuivra toujours sans limite de Temps. J’ai défini un apogée du Temps qui sera atteint au moment du Tag du code CMB « 0,000 °K ». Une partie de ces codes CMB  a été récoltée par les sondes WMAP de la NASA et Planck de l’ESA. Voir les tableaux ci-dessous. Les explications concernant la conception de la Matrice de l’Espace-Temps, ainsi que le traitement des codes CMB seront présentés lors de la première conférence programmée sur le site https://quinternaire.org. Cette présentation contribuera à démontrer les réalités du fondement de notre Monde. En premier lieu l’existence effective, donc physique, des entités Espace et Temps.

10^-8,9 seconde-lumière. Big Bang. Fiat lux. Une méga Etoile aussi massive qu'une galaxie, une masse de 134 686 861 536 634 Soleils fit irruption dans le vide absolu. C'était, Il y a exactement 16 500 002 021 ans.

A une nano-seconde-lumière, une main puissante lança une sphère de matière incandescente. Comme une volonté affirmée d’ensemencer le vide ! Cette quasi-Etoile Rayonna d’une énergie de centaines de milliers de Te V.  Traduite en °K, c’est la température positive maximum. C’est le point de Curie de ce mélange de deux composés porté à incandescence dont les interactions à des niveaux de température particuliers feront naître des nébuleuses ; des nébuleuses qui feront naître  des étoiles ; des étoiles qui feront naître des planètes ; des planètes qui feront naître des eaux ; des eaux qui feront naître des Vivants de toutes natures. Tous ces éléments en perpétuels renouvellements constituant l’Univers. C’était de la matière incandescente. Car la lumière ne naît pas ex-nihilo. Bohr l’a ainsi exprimé. La lumière est générée par la matière et non l’inverse. Cette matière, qui a jailli, n’est pas non plus venue de nulle part. Ce fut un acte de création. Ce ne fut pas une émanation du hasard. Ainsi que l’a dit un grand philosophe, le hasard n’est pas créateur. Le hasard, c’est le dieu créé par les esprits laïques qui réfutent avec le bon sens de l’ignorance réelle ou feinte, l’idée d’un Créateur. C’était de la matière, car un tel niveau d’énergie ne peut être atteint par des chocs de particules lancées les unes contre les autres à la vitesse de la lumière. Au LHC, les ingénieurs pensent atteindre dans un avenir incertain une énergie de 12 T eV. Ils ne feront qu’approcher, tout juste, les 13,5 T eV atteints par l’hyper Etoile, 2 minutes après le Big Bang-Fiat Lux. Le grand mérite de leurs expériences, c’est d’apporter la preuve que ce mélange de matière dense et hyper agitée s’accroit, se multiplie en permanence. Cela ressemble en tous points au comportement du « blob ». Scientifiquement parlant, je qualifie ce phénomène : « Effet blob ». Tous les accélérateurs du monde ont produit ces résultats. Cela se produit au cœur des étoiles, au cœur des planètes. Ce qui confère à ces astres une durabilité d’éternité. Dans l’enchainement des séquences interactives de ce duo de matière,  il y a les principes et la mécanique du Fonctionnement et la trame de l’Histoire du Monde qui va se déployer. Un déploiement qui doit se produire sans contrainte de durée sur la projection de l’Histoire. Sans contrainte de cycles sur les rouages du fonctionnement. Derrière ces principes et cette trame, il y a sous-jacent une Intention. Il y a donc un Acte de Création. Ce déploiement laisse des traces et des marques. Ces traces sont celles du zonage de l’Espace-Temps, on pourrait aussi parler de cadastrage. Et en langage d’aujourd’hui, on pourrait évoquer le GPS de l’Univers. Ces inscriptions sont aussi imprimées dans le corps des objets comme les étoiles et les planètes. C’est l’une des multiples propriétés de la propagation du rayonnement électromagnétique que cette impression scalaire dans le vide. Selon Maxwell, ce sont des traces qui demeurent quand la source cesse d’émettre du rayonnement. Ainsi, l’Histoire et le Fonctionnement du Monde sont gravées sur les murs impalpables de l’Univers. Dans le marbre du Ciel. L’intégralité de ces traces et marques, passées et futures, ainsi que les multiples colonnes d’informations associées, sont répertoriées dans la matrice de l’Espace-temps de Erudite Life. Et chose toute aussi extraordinaire, les ingénieurs de génie de la NASA et de l’ESA se sont montrés capables de relever ces traces et ces marques, principalement à l’aide de leurs sondes WMAP (NASA) et PLANCK (ESA). Faisons le souhait qu’ils poursuivent cette quête à l’occasion des nouvelles missions : Juice de l’ESA, Lucy de la NASA, ainsi que la mise à contribution du télescope ESO du Chili. Une coopération CQADSG-NASA-ESA devrait alors permettre à l’Humanité de connaître l’Histoire exacte de notre Monde. A la fin, cette triple coopération aura permis de solutionner cette double interrogation qui tenaille notre Humanité. D’où venons-nous ? Où allons-nous ?

L’Univers est fini ET infini. L’Univers est fini, puisqu’il est parfaitement mesurable dans ses dimensions historiques, énergétiques et géométriques. L’Univers est infini, puisque le rayonnement Big Bang continuera de se propager sans limite de temps, s’employant à déployer, empiler et taguer sans relâche les sphères édifiées. Pour mémoire la strate taguée « 0,000 °K » s’édifiera en l’an 532 832 797 025 005 000, c’est-à-dire dans 16 milliards d’années d’ici.

Gradient CMB > 0,000 °K : Température du rayonnement Big Bang sera atteinte en l'an 532 832 797 025 005 000.

Le Temps atteindra un Apogée. Mais ce ne sera pas la Fin des Temps. La propagation du rayonnement BigBang ne sera pas entravée par le Temps. L’éternité est sa destinée. En passant à 0.000 °K, le rayonnement du Plasma de matière Big Bang ne sera pas figé pour autant. Nous aurons toujours une Energie de 4 eV. L’Energie s’essouffle, mais ne se dissout pas. La notion de Température Absolue Négative, ne peut donc être abordée qu’en terme de convention.

Gradient CMB 3,267. 8 908 970 000 ans après Big Bang. Explosion de Mars. La planète la plus vieille et la plus massive du système ophiuchien.

Cette quasi désintégration a eu des conséquences multiples. Les 4 principales étant : N°1, la création de la ceinture d’astéroïdes à l’emplacement de Mars originel. N°2, le bombardement de la planète Mercure  du système solaire par le débris Lune.  N°3, ce choc redirigea la boule de billard Lune vers la Planète Terre pour un impact moins violent. A l’occasion de cette bousculade, la Terre fut débarrassée de la coquille de glace de plusieurs milliers de mètres d’épaisseur qui, à l’image de certaines lunes du système ophiuchien comme Europe, Ganymède, Encelade, Cérès (le plus important débris de Mars), bloquait son évolution. N°4, la percussion et le déraillement de la planète Neptune du système ophiuchien par le débris Triton. Cette explosion de la gigantesque planète Mars, 1 067 898 777 274 270 000 000 000 000 000 kg, 8 908 970 000 ans après Big Bang, est le second tournant de l’Histoire de la Vie. Après celui du surgissement de l’Hyper Plasma Big Bang. Cet événement constitue une entorse flagrante aux principes fonctionnels établis. Derrière cet événement, il y a une Intention manifeste. D’autres tournants de cette nature surviendront. Vous les découvrirez sur Quinternaire Monde TV. Depuis ce site Quinternaire Monde The World Nation.

Le gradient CMB 2,286 est déjà tagué. Nous sommes en l’an 16 500 002 021 après le Big Bang. Aujourd’hui, l’Espace-Temps a une capacité volumique de 8 337 030 861 706 590 000 000 de Soleils. Il continue de s’étendre. D’avoir pu établir l’âge exact du Soleil  9 491 032 021 ans et celui de la Terre 8 491 032 021 ans, c’est le double de ce que prévoient les sciences de la Cosmologie et des SVT. Le Soleil a dépassé l’âge où ces sciences prédisent son explosion en super nova. Ces faits engendrent 3 conséquences. 1) Les théories de la Cosmologie et des SVT sont questionnables en solvabilité. 2) La Terre demeure après la désintégration de Mars, le sanctuaire de la Vie. Cette Vie physique qui existe et persiste à travers les seules interactions Soleil-Terre. 3) Erudite Life détient la Connaissance réelle du Monde. Ainsi, avec Erudite Life, nous allons Découvrir et Connaître le Monde. Découvrir sa Puissance et  sa Générosité. Admirer sa Magnificence et sa Beauté. Et bien au-delà ! Connaître le Monde, afin de panser le Monde, là où il est dégradé par les actions humaines. Connaître le Monde afin d’aimer le Monde, afin de rendre grâce à l’immense espérance dont il nous gave.

Fusion nucléaire : les multiples tentatives de réaliser de la fusion nucléaire se sont révélées infructueuses. Ce processus voué à l'échec permanent est une démonstration expérimentale qui prouve que l'énergie fonctionnelle du Soleil n'est pas d'origine thermonucléaire et qui démontre, par ailleurs, la surpuissance de la force de répulsion des éléments de charges de même signe.

Laboratoire et logiciel de simulation et de traitement de données d'expérimentations scientifiques, de données géodésiques et spatiales

Laboratoire de traitements des données
Logiciel de simulations et de traitements des données
Destinations enseignements et traitements - Les Etats

Le second moteur de l'élaboration de la Connaissance du Monde : les données d'Observations, les données Scientifiques, les données d'Expérimentations, les données de Mesures, les données Géodésiques.

Une théorie aussi, aussi géniale soit-elle, ne peut être crédible et viable que si elle peut être confrontée à des données de traitements objectives et absolues. Ces données existent. Et bien entendu, les inventeurs de ces technologies qui ont permis de fabriquer ou de récolter ces données sont aussi méritants, aussi génieux que les plus brillants des théoriciens. Ils méritent tout autant d’êtres promus aux plus grands prix de prestige scientifiques.

Plaidoyer pour une Nouvelle Attitude de Vie NLA. "La New Living Attitude", au sein de Quinternaire Monde the Word Nations. Pensons Monde. Réagissons en êtres du Verbe fait Chair, en Terriens, en Biosphériens, en Communiants. Pas en Communicants ! Pas en Communautés ! Pas en Guerriers !

Connaître le Monde, c’est maîtriser les savoirs du « Tout ». Les savoirs des Fonctionnements et des Histoires des Entités du Monde. Connaître le Monde, c’est avoir solutionné cette énigme proposée par les érudits grecs. Quelle est l’origine des choses ? Successivement, ils ont postulé : la Nuée, l’Eau, le Chaos, l’Air, le Feu, et enfin les Nombres. Les choses sont des nombres ! Décret de Pythagore. Si cela est vrai, alors la Connaissance est Nombre. Le Savoir est Formules. La démonstration est Calculs ! Lord Kelvin le dit ainsi : « Si vous mesurez ce que vous étudiez et l’exprimez en nombres, vous savez quelque chose à son sujet ; mais si vous ne savez pas le faire, votre connaissance ne reste qu’approximative, maigre et insuffisante. Erudite Life Certifie : Tout ce qui existe (Espace-Temps, Etoiles, Planètes, Eau, Atmosphère, Vivants), découle de ce mortier miracle : l’Hyper Plasma Big Bang. Et ce, tant en Fonctionnement, qu’en Histoire. Erudite Life a décrypté cela par des algorithmes et des équations et explique Fonctionnement et Histoire du Monde à partir des nombres obtenus. C’est un déchiffrement des « Cosmoglyphes-CMB » de l’Univers et des signaux « observables » : dans les méandres du Cosmos, à la surface de la Terre et des autres planètes répertoriées, dans la scrutation des objets de la Nature.  De transmettre cette Connaissance du Monde, c’est offrir aux Terriennes et aux Terriens,  la capacité d’écrire collectivement, la Partition de la Symphonie de la Vie, à chanter à l’unisson et à jouer en chœur. Cette partition établira les droits de l’Univers et de la Nature, en discriminant les pratiques qui altèrent l’épanouissement de la Vie, en général, et des Etres Vivants, en particulier. Sans Complaisances ! Sans Distinctions ! Sans Exceptions ! En finir avec les comportements de terreur induits par la peur, par la haine, par l’égoïsme. Faire cette ultime révolution qui consiste à en finir avec les empêchements d’exister pleinement, avec les privations d’exister sereinement. Celle de construire et de partager une nouvelle façon de magnifier l’Existence et de célébrer la Vie. La Vie ne peut pas être magnifiée par la propagation de blessures d’espérances. Elle ne peut pas être magnifiée par la multiplication de lieux et de moments de malheurs. Alors nous parviendrions au Graal d’une « Nouvelle Attitude de Vie ». La « New living Attitude ». Alors nous parviendrions au Graal de la Concorde des Nations. Condition expresse de l’émergence de la fraternité des Peuples. Il n’existe pas de sous-nations. Il n’existe pas de sous-peuples. Cela s’organisera et se structurera au sein du Mémorial Quinternaire de la Vie de CQADSG .